À la lumière de ces données, l’Agence a conclu qu’il y avait une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs intelligents radioélectriques (gaz et eau) ou par d’autres compteurs (électricité), tels qu’ils sont actuellement déployés, ait des effets sur la santé à court ou à long terme.

Néanmoins, explique le site http://www.electricite-lyon.com, compte tenu du manque d’informations disponibles sur les modes de communication des compteurs Linky, l’Agence a demandé au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) de mener une campagne de mesures pour :

  • compléter les informations sur l’exposition de la population aux champs électromagnétiques émis par les lignes électriques des compteurs Linky.
  • Écarter tout risque de scandale sanitaire

Nouvelles données qui caractérisent mieux l’exposition à la maison :

L’avis que publie aujourd’hui l’Anses prend en compte les données obtenues par le CSTB, qui permettent une caractérisation précise des expositions provoquées par le compteur Linky dans des conditions réelles de fonctionnement.

Les résultats permettent de comparer l’exposition dans la maison à des compteurs électromécaniques plus anciens avec celle due aux nouveaux compteurs Linky, dans des situations d’exposition maximale et réaliste.

Ces résultats sont présentés dans le rapport intitulé Évaluation de l’exposition de la population aux champs électromagnétiques émis par les compteurs d’électricité intelligents “Linky”.

Pourquoi pas voir plus :