La loi Duflot fut la première sur l’immobilier français en faveur de la défiscalisation.

Le premier sur le secteur du logement de l’ancien gouvernement. C’est une nouvelle donne qui va profiter au plus grand nombre avec une nouvelle attractivité économique. De ce fait il y a eu du changement sur le marché de l’immobilier avec quelques surprises sur le secteur de l’offre et de la demande.

Deux acteurs classiques d’un marché économique mais au combien important dans la dynamique économique.

  • Une logique différente de l’investissement
  • Duflot a modifié le marché
  • Une autre perspective économique

La Loi Duflot n’est pas une loi classique. Elle est le prémice d’une loi encore plus importante qui sera la loi Pinel. Le principe de la loi Duflot est simple, elle permet d’investir dans des logements avec un plafond maximal de 300 000 euros. La particularité c’est que chaque année on ne peut acquérir que deux logements. Mais il est possible d’additionner la valeur du patrimoine dans la limite du plafond imposé. C’est pourquoi elle est une li qui a changé le visage de l’immobilier français. Pour avoir des éléments supplémentaires sur la loi Duflot en en connaître tous les principes. ils existent des sites de références qui vont permettre de prendre connaissance des détails. Sur http://loi-duflot.net il est possible d’avoir de très bonnes informations sur les règles de la loi et les possibilités d’investissement.

Une grande première

À l’époque la défiscalisation n’était pas une pratique courante.

En effet pendant longtemps il y a eu comme un tabou fiscal. Ne pas payer ce que l’on doit à la nation était considéré comme une trahison sinon un manque de droiture. Pourtant le principal problème c’est que que taxer les citoyens n’a pas pour effet de doper l’économie. Bien au contraire et c’est pourquoi le gouvernement des premières années 2010 a décidé de changer cette perception en introduisant une loi immobilière. La célèbre loi Duflot est aujourd’hui connue pour son attractivité et la relance du marché immobilier.

Pourquoi pas voir plus :